Au nom du comité Interculturalité, discrimination et racisme systémique au travail et éducation de la FNEEQ-CSN, je vous invite à prendre connaissance de la résolution adoptée par le Bureau fédéral lors de sa rencontre tenue le 12 juin dernier concernant l’actuel mouvement social de lutte contre le racisme systémique.

Alors que les projecteurs de l’actualité se braquent sur le profilage racial par les forces policières et mettent en lumière le mouvement Black Lives Matter, le comité et le Bureau fédéral rappellent que nous avons toutes et tous un rôle de premier plan à jouer dans cette lutte.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) nous rappelait, dans un rapport publié le mardi 9 juin, qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour que les effectifs des services publics, notamment dans l’éducation et dans l’enseignement supérieur, soient plus représentatifs de la diversité de la population québécoise. En ce sens, la Commission en arrive aux mêmes conclusions que celles de notre comité, présentées lors du dernier conseil fédéral.

Rappelons que la loi impose aux employeurs d’élaborer et de mettre en œuvre des programmes d’accès à l’égalité en collaboration avec les organisations syndicales dans l’enseignement. Devant le peu d’intérêt des employeurs, nous devons prendre plus d’initiative, notamment à travers les comités d’accès à l’égalité prévus dans certaines conventions collectives. Nous devrons également poursuivre notre lutte contre la précarité, qui touche démesurément les groupes racisés.

À cela s’ajoute l’annonce de la nouvelle mouture du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) présentée par le ministre Simon Jolin-Barrette, laquelle a notamment pour effet d’exclure la possibilité, pour les étudiantes et les étudiants internationaux sans expérience de travail, de demeurer au Québec. Ce programme exclut également les travailleuses et les travailleurs peu qualifiés de l’immigration, contribuant à les confiner dans des emplois de mauvaise qualité. Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter le communiqué de presse émis par 32 organisations, dont la CSN, sur la question.

Devant un gouvernement et un premier ministre qui persistent à ne pas reconnaître le problème, les syndicats doivent jouer un rôle de premier plan pour lutter contre le racisme systémique. Dans l’esprit de la Déclaration de la CSN contre le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie, la FNEEQ entend y contribuer et vous invite à faire partie de ce mouvement.

 

Benoît Lacoursière

Secrétaire général et trésorier

Responsable du comité interculturalité, discrimination et racismes systémique au travail et éducation