Injonction accordée à l’Université Laval – La FNEEQ dénonce la judiciarisation de la lutte contre la hausse des droits de scolarité

Réagissant à l’injonction accordée ce matin à Laurent Proulx, un étudiant de l’Université Laval, par l’Honorable Bernard Godbout, le président de la FNEEQ-CSN s’inquiète vivement des conséquences qu’aura ce jugement. « La bataille engagée par le mouvement étudiant pour contrer la hausse des droits de scolarité est sociale et hautement politique. Nous déplorons que le débat se transpose devant les tribunaux, qui répondent à la pièce à des demandes individuelles, au détriment de décisions prises collectivement », affirme Jean Trudelle.

Des syndicats et associations étudiantes de l’Université Laval appuient le mouvement étudiant et dénoncent la hausse des droits de scolarité

Carre-rougeÀ la population québécoise et aux membres de la communauté lavalloise.

Le gouvernement du Québec propose une hausse annuelle des droits de scolarité de 325 $ par an pendant 5 ans, soit une augmentation de près de 75 %, pour un total de 1 625 $. Il en coûtera alors 3 793 $ pour étudier à l’université, 4 700 $ en incluant les frais afférents. Cette hausse massive des droits de scolarité aura divers impacts socioéconomiques prévisibles, dont l’augmentation du taux d’endettement des étudiantes et étudiants ainsi qu’une diminution de l’accessibilité à l’enseignement supérieur et donc une baisse de la fréquentation universitaire. De plus, plusieurs études ont récemment démontré que cette augmentation de la contribution financière des étudiantes et étudiants n’aura qu’un effet négligeable sur le financement des universités. La solution est ailleurs!

Un budget sans éclat

« Le gouvernement nous a présenté aujourd’hui un budget sans éclat qui ne fait que poursuivre des politiques qui ne suscitent aucun espoir pour les chômeurs et les étudiants du Québec », de déclarer le président de la CSN, Louis Roy. Son choix budgétaire de maintenir l’atteinte du déficit zéro en 2013-2014 mènera inévitablement encore à une suppression de services et restreindra sa capacité de soutenir le développement économique de tout le Québec.
 

La FNEEQ-CSN a des réserves

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) a accueilli avec réserve l’avis déposé ce matin par le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) sur l’assurance qualité à l’enseignement universitaire, une conception que le Conseil, dans le titre même de son avis, suggère de promouvoir et de mettre en œuvre.

Signature de la convention collective

Le syndicat des enseignantes et des enseignants du Collège André-Grasset (FNEEQ-CSN) souligne la signature officielle de l’entente collective d’une durée de cinq ans pour les enseignantes et enseignants du Collège André-Grasset.

La signature de l’entente collective d’une durée de cinq ans intervenue entre le syndicat des enseignantes et des enseignants et le Collège André-Grasset a été officialisée le 2 février, en présence des parties patronale et syndicale, à laquelle ont assisté des membres du personnel enseignant et l’équipe de direction du Collège.

Le syndicat d’enseignement à McGill entérine une entente de principe

Les auxiliaires d’enseignement (AE) de l’Université McGill ont accepté hier un nouveau contrat qui inclut une nouvelle formation pédagogique payée pour les nouveaux AE, des augmentations de salaire de 3 %, 3 % et 1,2 % sur trois ans, des garanties qu’un temps suffisant sera alloué aux rencontres entre les AE et les responsables de cours, ainsi qu’un engagement écrit et formel de la part de McGill qui stipule que l’université fera tout son possible pour améliorer le soutien pédagogique pour les cours de premier cycle en ayant recours aux assistants d’enseignement.

Les syndicats de la FNEEQ–CSN soulignent la Journée nationale des chargées et chargés de cours des universités

La FNEEQ-CSN souligne le 22 novembre la Journée nationale des chargées et chargés de cours des universités en lançant la deuxième phase d’une campagne de valorisation amorcée en 2010. Sous le thème J’enseigne à l’université ET…, cette campagne évolutive souligne la grande diversité des profils des personnes chargées de cours et permet de faire connaître leur expertise professionnelle, une composante essentielle à la réussite de la mission de formation des universités. Comme près de 60 % des chargés de cours cumulent plus de 15 ans d’expérience de travail à l’extérieur de l’université et que le même pourcentage enseigne depuis plus de 15 ans à l’université, on ne s’étonnera pas de la diversité des expertises et des activités professionnelles de ce groupe. Pourtant, ils sont encore trop peu et mal connus, ce à quoi veut remédier cette campagne.

Table des partenaires universitaires

La Table des partenaires universitaires descendra dans la rue avec les étudiants afin de s’opposer à la hausse des frais de scolarité.

À deux jours de la manifestation nationale du 10 novembre, la Table des partenaires universitaires (TPU) réitère son opposition à la hausse de 1 625 $ des frais de scolarité prévue par le gouvernement libéral de Jean Charest et annonce qu’elle sera présente dans la rue aux côtés des étudiants et étudiantes. « Le gouvernement Charest prétend répondre aux besoins des universités en augmentant d’une manière draconienne la facture étudiante. Nous sommes la communauté universitaire et nous nous opposons vigoureusement au projet du gouvernement Charest de hausser, dans les prochaines années, les droits de scolarité de 1 625 $ », clament les membres de la TPU.

Nomination au Conseil supérieur de l’éducation

Madame Monique Demers, chargée de cours au Département des arts et lettres de l’Université du Québec à Chicoutimi, vient d’être nommée membre de la Commission de l’enseignement et de la recherche universitaires du Conseil supérieur de l’éducation. Le mandat de Mme Demers, d’une durée de trois ans, prenait effet le 1er septembre 2011. Rappelons que…

Hausse des droits de scolarité

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAC appuie la lutte des étudiants Afin de manifester leur appui à la lutte des étudiants contre la hausse des droits de scolarité annoncée par le gouvernement Charest, des représentants du SCCCUQAC posent avec le carré rouge, symbole de la campagne étudiante. Sur la photo, nous…

La FNEEQ réagit

Réaction de la FNEEQ à l’avis du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études sur les hausses des droits de scolarité et les mesures d’aide financière.

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) accueille avec déception l’avis du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études sur les hausses les droits de scolarité et les mesures d’aide financière prévues pour la période de 2012-2013 à 2016-2017.

Un succès retentissant!

Le 24 août dernier, le Syndicat des enseignantes et enseignants du Collège de Montréal organisait avec la participation du Conseil central du Montréal métropolitain – CSN, un dîner BBQ pour ses membres. Ce dîner avait comme objectif de souligner le début de l’année qui marquera la fin de leur convention collective le 30 juin prochain…

Une éducation de qualité pour bâtir l’avenir

Ce sont plus de 1600 délégué-es, en provenance du monde entier, qui ont rendez-vous à Cape Town, en Afrique du Sud, pour participer au 6e Congrès de l’Internationale de l’éducation. Ce congrès, qui a lieu à tous les quatre ans, se déroulera du 22 au 26 juillet prochains. La délégation officielle de la FNEEQ-CSN, affiliée à l’IE depuis 2001, sera composée de M. Jean Trudelle, président, de Mme Micheline Thibodeau, vice-présidente et de Mme Caroline Senneville, secrétaire générale. En outre, quelques personnes observatrices, enseignantes membres de syndicats affiliés à la FNEEQ, prendront également part aux travaux.

Manque de places dans les cégeps de Montréal

La FNEEQ s’inquiète du manque de places dans les cégeps de Montréal et des environs, et ce, particulièrement dans un contexte où on appréhende une pénurie importante de techniciennes et de techniciens qualifiés. « Tout doit être mis en œuvre pour permettre d’accueillir les étudiantes et les étudiants qui désirent entreprendre des études collégiales », affirme le président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), Jean Trudelle.

Un enjeu réel pour la FNEEQ

Pour la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, qui regroupe 85 % du personnel enseignant dans les cégeps, l’article publié aujourd’hui dans Le Devoir cerne une problématique très sérieuse qui préoccupe de plus en plus les enseignantes et les enseignants du collégial. La FNEEQ, réunie en Conseil fédéral à Québec depuis trois jours, faisait justement le point sur le dossier de la réussite avec des délégué-es de partout au Québec.

Des coupes inadmissibles en éducation

Les deux fédérations de la CSN ayant des membres œuvrant dans les cégeps et dans les commissions scolaires, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) et la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP), dénoncent vivement les coupes annoncées par la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, qui entend sabrer plus de 30 millions de dollars dans le réseau collégial et plus de 110 millions de dollars dans le réseau scolaire.

La FNEEQ inquiète des choix de développement du cégep Marie-Victorin

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) s’est dite fort inquiète d’un projet présentement à l’étude au cégep Marie-Victorin, qui céderait l’usage de l’essentiel des terrains attenants aux édifices actuels à une firme privée. En vertu d’un bail emphytéotique, le contrôle des espaces visés serait cédé à l’Impact de Montréal, qui vise à y développer son académie, et ce, pour une période pouvant aller de 35 à 50 ans.

Les régimes de retraite en éducation

En éducation, le personnel enseignant des secteurs publics et celui des établissements d’enseignement privés primaire et secondaire sont pour la plupart couverts par la Loi sur le régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP). On retrouve toutefois des salariés couverts par des régimes maintenant fermés, qui sont toujours en vigueur…

Un plan de financement des universités sur le dos des étudiantes et des étudiants

La Table des partenaires universitaires (TPU), qui réunit les associations étudiantes nationales ainsi que tous les personnels enseignants et non enseignants des universités, dénonce vigoureusement les mesures avancées dans le plan de financement des universités annoncé dans le dernier budget du ministre Bachand il y a deux semaines, un plan qui vient frapper une fois de plus la classe moyenne et les moins nanti-e-s de la société québécoise.

Bateau Canada Gaza

Aujourd’hui, une quinzaine de personnalités québécoises, francophones, anglophones, autochtones de tous les horizons politiques, culturels, sociaux et religieux se sont associées à plusieurs groupes de la société civile pour lancer un appel uni en faveur du projet de Bateau pour Gaza (bateaugaza.ca), qui tentera de briser le blocus de l’armée israélienne ce printemps au sein…

L’entente de principe sera finalement respectée

Malgré que le syndicat des employé-es de l’École Vanguard Québec ltée (CSN) et l’École Vanguard Québec ltée aient conclu une entente de principe, le 28 octobre 2010, il aura fallu que le syndicat dépose une plainte pour négociation de mauvaise foi à la Commission des relations de travail, le 9 février 2010, et l’éminence de l’audience, pour que l’employeur cesse d’essayer de récupérer les gains que le syndicat avait obtenus dans le cadre de la négociation.

La FNEEQ s’engage activement

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) estime que l’intégration des élèves vivant toutes sortes de difficultés dans les écoles et les cégeps doit répondre à la fois aux besoins des élèves que l’on intègre, mais également qu’il est nécessaire de respecter le milieu et le personnel qui en a charge.

Pour visionner une vidéo de Caroline Senneville dans le cadre de la Coalition pour une intégration réussie, cliquez ici.

Mise sur pied de la coalition « Pour une intégration réussie »

La coalition «  Pour une intégration réussie » qui voit le jour aujourd’hui vise à sensibiliser la population aux problèmes liés à l’intégration, telle qu’elle se pratique actuellement, des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA), et à interpeller le gouvernement pour qu’il respecte ses engagements et apporte les correctifs à une situation devenue inacceptable. La coalition s’appuie sur une déclaration de principes énonçant, entre autres, que la responsabilité d’accueillir les élèves incombe à l’école, et non pas nécessairement à la classe ordinaire et que la décision d’inclure un élève à la classe ordinaire doit prendre en compte le meilleur intérêt de l’élève, mais aussi l’impact de sa présence sur la réussite des autres élèves.

La solidarité avec le peuple palestinien: Plus nécessaire que jamais!

À la veille de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien promulguée par l’ONU en 1977 (résolution 32/40B), des représentantes et des représentants de la délégation québécoise qui ont participé au Forum mondial pour l’éducation en Palestine, du 28 au 31 octobre dernier, ont tenu à réitérer la nécessité de « faire plus pour la Palestine ».

Manifeste de l’université québécoise

Manifeste-Uni-Page-couverture-2010-11-25L’université québécoise est, depuis plusieurs années déjà, en pleine mutation. Gouvernance, hausse des droits de scolarité, sous-financement, privatisation : nous assistons présentement à une attaque sans précédent contre les principes et les missions qui sous-tendent le rôle des universités québécoises depuis leur fondation. Il faudrait « s’adapter », c’est-à-dire abandonner un système d’éducation public universel, issu d’une mobilisation sociale et politique unique dans l’histoire du Québec.

Une importante délégation québécoise en Palestine

Le mouvement québécois de solidarité avec le peuple palestinien a franchi un nouveau pas alors que s’est ouvert, hier, le Forum mondial pour l’éducation (FME) en Palestine. La plus importante délégation québécoise de l’histoire – plus de 50 personnes –  participe en effet au Forum social mondial pour l’éducation qui s’y déroule du 28 au 31 octobre prochains.

Journée mondiale des enseignantes et des enseignants

Demain, 5 octobre, les organisations syndicales affiliées à l’Internationale de l’éducation (IE) célèbrent la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants. Au Québec, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) souligne le rôle primordial du personnel enseignant, engagé dans la réussite des étudiantes et des étudiants.

Lutte syndicale pour l’obtention d’une convention collective

« Lors de la dernière rencontre des syndicats du regroupement des établissements d’enseignement privés, les membres ont pris connaissance de la lutte des employé-es de l’école Vanguard afin de signer une nouvelle convention collective. En négociation depuis presque 3 ans, ce personnel a voté, lors d’une assemblée générale, la mise sur pied de moyens de visibilité sous forme de tracts distribués lors des rencontres de parents dans les trois campus de l’école.

Éducation – Écoles privées

Caroline Senneville donne une entrevue au quotidien Le Devoir. Vous pouvez consulter l’article en cliquant sur le lien http://www.ledevoir.com/societe/education/296380/a-la-fneeq-csn-le-syndicalisme-s-applique-a-intervenir-differemment-dans-le-secteur-prive. Pour consulter le cahier Éducation – Écoles privées, cliquer ici.

Entente de principe pour les profs de cégep

Les représentantes et les représentants des 46 syndicats de cégep affiliés à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), réunis à Montréal hier, ont avalisé l’entente de principe sectorielle intervenue entre la fédération et le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) en tout début de semaine.

CANADA, ÉTATS-UNIS ET MEXIQUE contre la commercialisation de l’éducation

Des organisations syndicales du Canada, des États-Unis et du Mexique se sont entendues ce matin pour combattre solidairement les politiques marchandes et élitistes qui dominent partout, sous différentes formes, en Amérique du Nord et qui conduisent à une privatisation accrue de l’éducation. Ces organisations se sont également opposées à la commercialisation de l’éducation, à l’utilisation en éducation d’un discours marchand et à la volonté d’imposer comme paramètre la relation coût-bénéfice.

Un dépôt patronal grandement insatisfaisant

Après avoir réitéré à maintes reprises la nécessité d’obtenir une proposition officielle de la part du Comité patronal de négociation des collèges dans le cadre des négociations en cours dans les secteurs public et parapublic, les représentantes et les représentants de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) ont finalement reçu une offre globale de règlement de la part du CPNC.

Plus solidaires que jamais

Les chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal ont ratifié, ce midi en assemblée générale, l’entente de principe intervenue jeudi avec la direction de l’institution, dans une proportion de 74 %. Ils ont aussi adopté le protocole de retour au travail, tel que recommandé par le conseil exécutif du syndicat. Ils mettent ainsi fin à la grève qui avait débuté le 24 février.

Les discussions continuent

Les membres du comité de négociation du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal (SCCCUM–FNEEQ–CSN) ont rencontré la partie patronale en présence du conciliateur cet après-midi. Les discussions se sont poursuivies jusqu’à 18 h 30.

Entente de principe

Une entente de principe est intervenue à 18 h 05, aujourd’hui, entre le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal (SCCCUM–FNEEQ–CSN) et la partie patronale, après une troisième journée de pourparlers ultimes, en présence du conciliateur du ministère du Travail.

Des centaines de chargées et chargés de cours de l’UdeM et de sympathisants ont manifesté ce midi

Des centaines de chargées et chargés de cours en grève de l’Université de Montréal (SCCCUM–FNEEQ–CSN) et de sympathisants, entre autres membres de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN), du Conseil central du Montréal métropolitain, du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM, du syndicat de Téluq (télé universitaire à distance) et même des délégués d’une association de syndicats d’enseignants provenant des États-Unis ont manifesté, ce midi, devant les bureaux du ministère de l’Éducation à Montréal.

Une autre rencontre en présence du conciliateur

Une autre rencontre demain entre les parties

Le comité de négociation du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal (SCCCUM–FNEEQ–CSN) et les négociateurs patronaux se sont rencontrés cet après-midi à la demande du conciliateur dans le dossier, aux bureaux du ministère du Travail. Une autre rencontre est prévue pour demain en présence du conciliateur. Puisqu’il y a des moments où il est préférable de ne pas faire de commentaire, les porte-parole du SCCCUM n’en feront aucun jusqu’à nouvel ordre afin de respecter le processus engagé.