Une improvisation dangereuse

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) a vivement réagi, en apprenant que le fondateur de la Coalition pour l’avenir du Québec songeait à une autre remise en question des cégeps.
 
Le président de la FNEEQ, Jean Trudelle, n’a pas été tendre envers M. Legault. « C’est du n’importe quoi, a-t-il commenté. Les idées qu’avance François Legault en éducation sont non seulement décevantes, elles sont carrément dangereuses. Parfois, ça sent l’improvisation pure et simple, parfois c’est du copié-collé d’essais réalisés ailleurs et qui, au mieux, se sont avérés inefficaces. M. Legault ne semble même pas connaître la situation en matière d’obtention des diplômes ! En enseignement supérieur, grâce aux cégeps, le Québec fait 9 % de mieux qu’ailleurs au Canada. Voir quelqu’un qui envisage de fonder un parti politique et qui voudrait répondre aux défis modernes de l’éducation en supprimant ce qui va bien, c’est pour le moins inquiétant. En ce 5 octobre, Journée mondiale des enseignants, nous ne pouvions pas laisser passer une telle ineptie sans réagir ».