La FNEEQ-CSN dénonce l’ingérence de l’Ontario dans la négociation collective

Le gouvernement de l’Ontario se prive d’une occasion d’améliorer les conditions d’enseignement à l’Université York en légiférant pour mettre fin à la grève des chargées et chargés de cours et des auxiliaires d’enseignement, selon Ronald Cameron, président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (CSN). « Au lieu d’une loi spéciale, l’Ontario devrait trouver des solutions aux causes de la grève de la section locale 3903 du Syndicat canadien de la fonction publique à l’Université York, a dit M. Cameron. Ces mêmes conditions sont d’ailleurs présentes dans les campus partout au Canada. »

La FNEEQ considère les choix de sortie de crise impropres à répondre aux besoins de la population

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) est inquiète des choix stratégiques que le gouvernement fédéral fait pour la population du Québec. « Deux milliards de dollars dans les infrastructures des collèges et des universités, soit, mais rien pour soutenir l’enseignement postsecondaire ! », déplore le président de la FNEEQ, Ronald Cameron. Il faut noter également que les sommes investies dans le béton, le sont d’une façon telle que cela ne servira même pas au développement d’une société plus verte. « Avec des orientations semblables, nous sommes condamnés à accuser un retard encore plus considérable en matière d’environnement » souligne le président de la FNEEQ.