Une pause pour se porter à la défense des universités!

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accorde son soutien à l’événement «Pause université en santé» et invite la population à s’y joindre. Aujourd’hui, à 10h, une pause aura lieu à travers l’ensemble des établissements universitaires du Québec pour dénoncer la situation précaire dans laquelle le gouvernement libéral du Québec les a plongés. «Le budget des…

Sauvons l’université!

Le lundi 30 novembre 2015, les membres de la communauté universitaire se portent collectivement à la défense des universités. Aux quatre coins du Québec, celles et ceux qui y étudient et y travaillent se mobilisent pour dénoncer les compressions budgétaires dont sont victimes les universités québécoises. «De toute évidence, le gouvernement tourne le dos au…

22 novembre – Journée nationale des chargées et chargés de cours

Cette année marque la quinzième édition de la Journée nationale des chargées et chargés de cours universitaires. Si les titres d’emplois se multiplient, qu’on les appelle chargés de cours, tuteurs en formation à distance, superviseurs de stage, chargés d’enseignement, chargés de clinique, coach ou accompagnateur musical, leur travail est fondamental et contribue directement à la…

Les chargées et chargés de cours de l’ensemble du Québec dénoncent les compressions dans les universités

Les enseignantes et enseignants universitaires contractuels des universités québécoises, soit plus de 15 000 universitaires, dénoncent les impacts négatifs des compressions budgétaires actuellement imposées par le gouvernement. Confrontés à une augmentation du nombre d’étudiantes et d’étudiants par classe, à des diminutions des services aux étudiantes et aux étudiants, ils craignent la détérioration de la qualité de l’encadrement et de l’enseignement. Devant de telles attaques à l’enseignement universitaire, ils s’insurgent devant le silence des rectrices et des recteurs, qui semblent bêtement appliquer les compressions, au détriment de la mission fondamentale d’enseignement des universités qu’ils dirigent. 

Les auxiliaires d’enseignement de l’Université McGill acceptent l’offre globale de règlement

Le 30 septembre dernier, les membres du Syndicat des auxiliaires d’enseignement et surveillants d’examens – Unité 1 ont tenu une assemblée à la salle 132 de l’édifice Leacock afin de tenir un vote sur l’offre globale de règlement proposée par l’Université McGill. Une fois les détails de l’offre présentés par le comité de négociation de l’unité 1, les auxiliaires d’enseignement présents ont pris part à un débat animé avant de voter la ratification de l’offre. Selon le décompte des votes, l’offre a été acceptée par 172 membres, contre 101 qui l’ont rejetée.

Une première convention collective pour les chargé-es de cours et les instructeurs de l’Université McGill

rleblanc-SPRéunis en assemblée générale vendredi soir, les membres du Syndicat des chargé-es de cours et instructeurs-trices de McGill–CSN, syndicat affilié à la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ–CSN), ont massivement voté pour entériner les termes de leur première convention collective!

La FNEEQ et le SCCUQ expriment de profondes inquiétudes

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec (SCCUQ) et la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) questionnent la décision du Comité exécutif de l’université de suspendre, pour une durée d’une année, l’étudiante Justine Boulanger. «Nous ne pouvons que dénoncer le sens de cette décision», affirme Mme Marie Blais, présidente du SCCUQ. «Notre université élimine ainsi la représentation étudiante au Conseil d’administration, puisqu’elle empêchait déjà, depuis février 2015, la présence de l’autre représentant étudiant siégeant à cette instance», indique Mme Blais.

Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais

Le SCCC-UQO en arrive à une entente avec l’Université et le département des Sciences de l’éducation.

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais (SCCC-UQO) en arrive à une entente avec l’Université du Québec en Outaouais et le Département des sciences de l’éducation. Selon certaines modalités, les personnes chargées de cours pourront se faire reconnaître leur expérience ou suivre une formation pour pouvoir continuer à superviser des stages ou enseigner les nouveaux cours.

Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université Laval

Le conseil syndical du SCCCUL réaffirme son désaccord envers les bonifications d’après-mandat octroyées aux hauts dirigeants de l’Université Laval.

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université Laval (SCCCUL), réuni en conseil syndical le 2 juin dernier, réitère avec fermeté son profond désaccord à l’égard des bonifications d’après-mandat octroyées aux hauts dirigeants de l’Université Laval, adoptées le 26 novembre 2014 par le Conseil d’administration de l’Université Laval, et déplore l’effet négatif de cette décision sur l’image publique de leur institution.

Congédiements déguisés des personnes chargées de cours en sciences de l’éducation

Le Département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) congédie de façon déguisée des personnes chargées de cours qui y enseignent depuis 5 ans, 10 ans, 15 ans et même plus. Ces personnes expérimentées qui ont enseigné dans les écoles ou ont même été à la direction d’écoles ou à la direction de commissions scolaires ne sont supposément plus compétentes.

Le CCMM–CSN dénonce le recours à la répression

«La direction de l’UQAM fait fausse route en empruntant la voie de la répression politique et policière», estime la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain–CSN (CCMM–CSN), Dominique Daigneault. Les arrestations qui ont eu cours à l’UQAM hier vont accentuer la colère des étudiantes et des étudiants qui font face à une administration qui abuse de ces pouvoirs. Devant une telle situation, des chargé-es de cours, des professeur-es de même que la présidente du Syndicat des professeur-es de l’UQAM (SPUQ-CSN), Michèle Nevert, ont érigé une chaîne humaine pour éviter que les étudiants soient blessés dans l’intervention policière. Par la suite, des membres de l’exécutif du SPUQ et du Syndicat des chargé-es de cours de l’UQAM (SCCUQ-CSN) se sont rendus au poste du SPVM pour soutenir les étudiants.

Proposition du bureau fédéral du 9 avril 2015

Réunis en Bureau fédéral à Québec, les délégués des syndicats de la FNEEQ dénoncent toutes formes de violence, et particulièrement l’escalade de violence engendrée par l’attitude de l’administration de l’UQAM. Au-delà de la répression exercée envers les étudiantes et étudiants, nous réprouvons ces attaques directes à la démocratie, au droit d’association, au droit de grève,…

La CSN dénonce fermement l’attitude de la direction de l’UQAM

La répression n’a absolument pas sa place à l’intérieur des murs d’une université et il est inadmissible qu’elle soit utilisée pour imposer par la force un point de vue qui diffère de celui qui émane des décisions démocratiques prises en ses murs. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) et ses organisations affiliées dénoncent fermement la direction de l’UQAM qui a recours à un arsenal répressif par la voie d’injonctions, d’expulsions et en faisant appel à la force policière.

Les chargées et chargés de cours de l’ensemble du Québec dénoncent les compressions dans les universités

Réunis à Montréal le 12 février 2015, des déléguées et délégués représentant plus de 15 000 enseignantes et enseignants universitaires contractuels des universités québécoises ont échangé sur les impacts négatifs des compressions budgétaires actuellement imposées par le gouvernement. Confrontés à une augmentation du nombre d’étudiantes et d’étudiants par classe, à des diminutions des services aux étudiantes et aux étudiants, ils craignent une détérioration de la qualité de l’encadrement et de l’enseignement. Devant de telles attaques à l’enseignement universitaire, ils s’insurgent devant le silence des rectrices et des recteurs, qui semblent bêtement appliquer les compressions, au détriment de la mission fondamentale d’enseignement des universités qu’ils dirigent.

La communauté universitaire dit Non aux compressions annoncées

Des centaines de professeur-es, de chargé-es de cours, d’employé-es et d’étudiant-es de l’Université du Québec à Montréal ont manifesté sur la Place Pasteur ce midi afin de dénoncer le plan de l’administration qui prévoit une compression massive de l’offre des cours et des coupes aux conditions de travail du personnel de l’université.

Les manifestants ont démontré leur détermination de résister à cette attaque brutale en brûlant des copies du «Plan d’atteinte de l’équilibre budgétaire 2015-2018 de l’UQAM.»