Selon la FNEEQ, la valorisation du travail des enseignantes et des enseignants doit être au cœur des préoccupations

Avec l’élection d’un gouvernement libéral majoritaire, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) considère que la reconduction de Michelle Courchesne comme ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport constitue le choix le plus judicieux afin d’éviter une transition qui retarderait l’action gouvernementale. LA FNEEQ s’attend donc à ce que des gestes et des décisions soient pris rapidement pour assurer une valorisation du travail des enseignantes et des enseignants dans les réseaux de l’éducation.

Les parties signent la nouvelle convention collective

Le 17 décembre 2008, le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAR a signé une nouvelle convention collective. Les membres, réunis en assemblée générale, s’étaient prononcés le 22 octobre dernier dans une proportion de 94 % en faveur des termes de ce nouveau contrat de travail.

D’une durée de 3 ans 5 mois, la convention collective de ces 549 syndiqué-es prévoit des augmentations de salaires de 16,5 % ainsi qu’une rétroactivité.

Victoire de la FNEEQ: la Cour supérieure rejette la requête en révision judiciaire du Collège Ahuntsic

grève à Ahuntsic - novembre 2005Dans une courte décision rendue publique hier, le juge Daniel H. Tingley de la Cour supérieure a rejeté la requête en révision judiciaire du Collège Ahuntsic contre le Syndicat du personnel enseignant du collège. La requête du collège visait à remettre en question la décision rendue par l’arbitre Pierre Fortin, qui avait reconnu le droit des enseignantes et des enseignants à obtenir une compensation pour la reprise des cours à la suite de l’exercice de la grève légale.

Pour atteindre le site du SPECA

Participation de la FNEEQ, de la FEESP et de la CSN au Portail du réseau colllégial

portail réseau collégial

La Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ), la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) sont heureuses de s’associer à différents organismes du réseau collégial pour contribuer au développement et à l’élaboration du contenu du Portail du réseau collégial (PRC). Ce portail constitue un nouvel outil de développement et de valorisation du réseau collégial et la FNEEQ comptera un représentant à son conseil d’administration. Le lancement officiel a eu lieu lors du congrès de la Fédération des cégeps, centré autour du quarantième anniversaire des cégeps. Au Québec, aucun autre ordre d’enseignement n’a à ce jour tenté de réaliser un tel projet coopératif. Nous croyons que le réseau collégial a ce qu’il faut en termes d’expertise et de dynamisme pour développer un contenu de grande qualité.

Une loi spéciale n’est pas la solution

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) exhorte le Parlement et le gouvernement ontarien de rejeter toute possibilité d’un projet de loi spéciale cherchant à unilatéralement mettre fin à la grève des assistantes et assistants de recherche et d’enseignement ainsi que des chargées et chargés de cours de l’Université York (CUPE 3903), qui a cours depuis le 6 novembre. Elle invite plutôt ceux-ci à encourager le dialogue de façon à permettre une résolution négociée de ce conflit. Selon Ronald Cameron, président de la FNEEQ, le gouvernement doit tenir compte de la représentativité du syndicat et inviter l’Université à rechercher une solution là où ça doit se faire, c’est-à-dire à la table de négociation.

La Coalition-Cégeps réclame des engagements clairs et précis

coalition cégepsAlors que la campagne électorale québécoise tarde à se mettre réellement en branle, la Coalition-Cégeps interpelle les différentes formations politiques pour qu’elles annoncent clairement leurs intentions face aux réinvestissements attendus dans le réseau collégial. Depuis plus de deux ans, la Coalition-Cégeps fait du financement du réseau sa priorité et orchestre de nombreuses actions afin de sensibiliser la classe politique à la réalité collégiale. Malheureusement, depuis le début de la campagne électorale, les partis politiques ont peu fait état de leur position respective et tardent à s’engager à résoudre les problèmes de sous-financement qui affecte les cégeps.

La FNEEQ fait reconnaître que l’enseignement dispensé relève de l’enseignement régulier

Dans un jugement rendu public le 21 novembre dernier, l’arbitre Jean-Marie Lavoie a donné raison à la partie syndicale et reconnu que l’enseignement dispensé au nouveau Centre d’études collégiales de Mont-Tremblant relevait bel et bien de l’enseignement régulier. Il ordonne par conséquent au Collège d’appliquer à ce Centre toutes les dispositions de la convention collective pertinentes en la matière. Rappelons que la création de ce centre d’études avait été annoncée par monsieur Jean-Marc Fournier, ministre de l’Éducation dans le premier mandat du gouvernement de Jean Charest.

Onze organisations signent le manifeste Faire de l’éducation publique la priorité nationale

Peut-on tolérer que des Québécoises et des Québécois ne possèdent pas le seuil minimal pour fonctionner aisément dans la société ? Peut-on tolérer que le Québec se retrouve dans le peloton de queue des provinces en ce qui a trait à la participation des adultes à des activités de formation en milieu de travail ? », ont questionné, aujourd’hui, les onze porte-parole des organisations syndicales et étudiantes, représentant un demi-million de personnes qui travaillent ou qui étudient dans le réseau de l’éducation, du préscolaire à l’université, à l’occasion de la présentation du manifeste Faire de l’éducation publique la priorité nationale du Québec.

22 novembre: Journée nationale des chargées et chargés de cours

Merci aux CC - 22 novembre - PETITELa Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) profite du 22 novembre, Journée nationale des chargés de cours, pour souligner l’apport de ces derniers à la réussite des étudiants. Marie Blais, vice-présidente de la fédération syndicale enseignante, estime que si le taux d’obtention d’un diplôme de baccalauréat au Québec est passé de 19,2 % à 30,2 % de 1987 à 2005, les chargés de cours en sont, en bonne partie, responsables puisqu’ils assument environ 50 % de l’enseignement au premier cycle.

Le SCCCUQAC célèbre ses 25 ans

Le Regroupement université s’est déplacé à Chicoutimi pour souligner les 25 ans du SCCCUQAC, qui avait organisé une fête pour l’occasion. Cette rencontre a permis de fraterniser avec les chargées et chargés de cours de Chicoutimi et d’entendre les allocutions des personnalités invitées. Le recteur de l’UQAC, Michel Belley, a fait l’éloge de la contribution…

De bonnes nouvelles au Collège LaSalle

Collège LaSalle - 2006-11-07 017

Après des mois de négociation ardue, l’exécutif syndical du Collège LaSalle décidait d’une action de visibilité, soit le port d’une épinglette. La partie patronale a alors réagi en déposant des mesures disciplinaires et en imposant des suspensions à celles et à ceux qui avaient manifesté leur appui au comité de négociation. Ces derniers, à leur tour, déposaient une plainte en 15 contre l’employeur, c’est-à-dire une plainte pour représailles à l’endroit d’une personne exerçant, en toute légitimité, une activité syndicale. Puis, la distribution et la diffusion d’un tract concernant la réaction patronale au port de l’épinglette eut pour conséquence le dépôt d’un grief patronal. De son côté, le syndicat déposait également des griefs. Bref, les relations étaient tendues et, il va s’en dire, les négociations, fort peu productives.

La FP, la FEESP et la FNEEQ considèrent inacceptable la réduction du poids des membres de l’interne au sein des CA

A la suite d’une rencontre convoquée par le ministère de l’Education, du Loisir et du Sport (MELS) avec les responsables des organisations syndicales nationales dans les établissements postsecondaires, la Fédération des professionnèles (FP), la Fédération des employées et des employés de services publics (FEESP) et la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ), toutes trois affiliées à la CSN, tiennent à exprimer leurs vives appréhensions quant aux orientations prises concernant la gouvernance des établissements postsecondaires.

L’Université McGill est ciblée pour des conditions de travail précaires

Cette semaine, des éducateurs et des éducatrices de partout en Amérique du Nord ont attiré l’attention sur les conditions de travail des universitaires contractuels dans les collèges et les universités. Ces professionnel-les sont responsables d’une gamme de services essentiels sur leur campus ; il s’agit de chargées et chargés de cours, d’auxiliaires à l’enseignement et d’autres étudiants et étudiantes diplômés employés.

Pourtant, ils font partie d’une main d’oeuvre non reconnue. La Semaine de l’équité en matière d’emploi (Campus Equity Week), qui se tient du 27 au 31 octobre, est une occasion de reconnaître les conditions de travail précaires des universitaires contractuels à l’Université McGill. Selon le président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), Ronald Cameron, une décision récente de la Commission des relations du travail fait clairement la démonstration du besoin criant de renouveler le Code du travail du Québec afin qu’il reflète la réalité actuelle des travailleuses et des travailleurs atypiques et précaires. Dans un jugement daté du 24 septembre, le commissaire André Michaud a rejeté les plaintes déposées par 138 aides à l’enseignement contre l’Université McGill à la suite de leurs congédiements des emplois secondaires qu’ils occupaient au campus lors de leur grève de 10 semaines, le printemps dernier.

Offensive des auxiliaires d’enseignement de l’Université McGill

CEW - COCAL - AGSEMLes auxiliaires d’enseignement de l’Université McGill, membres de l’Association of Graduate Students Employed at  McGill (AGSEM, FNEEQ-CSN), profitent de Campus Equity Week, qui se déroule du 27 au 31 octobre, pour faire connaître leur contribution à un enseignement de qualité. Les auxiliaires d’enseignement revendiquent une plus grande équité en matière de rémunération et de conditions de travail.

Actuellement, ils font face à une décision de la Commission des relations du travail qui ne tient pas compte de l’organisation du travail dans les universités. De plus, le syndicat espère que l’Université va payer, tel qu’elle l’avait déjà affirmé, les auxiliaires d’enseignement pour les heures de travail effectuées et complétées avant le déclenchement de la grève.

Un tract sera distribué sur le campus de l’Université McGill et diffusé dans tous les syndicats de la FNEEQ ainsi qu’aux collègues canadiens, américains et mexicains de la Coalition of Contingent Academic Labor (Cocal). Tous sauront comment l’Université McGill traite ses étudiants salariés.

«Monsieur Charest: l’heure est à l’investissement» Claudette Carbonneau

La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, déplore les propos tenus hier par le premier ministre du Québec lors de la tenue du Conseil de la fédération, encourageant le gouvernement canadien à éviter de faire un déficit et lui offrant une trêve en matière de transfert des fonds fédéraux consacrés à l’éducation supérieure. « Lors de la récente campagne électorale au fédéral, Jean Charest s’est fait un grand défenseur des intérêts du Québec. Jamais il n’a soufflé un mot sur ses intentions de renoncer de quelque façon à des rehaussements des transferts fédéraux pour l’éducation supérieure. À peine les élections terminées, voilà qu’il dévoile ses intentions. Nous nous opposons farouchement aux propositions qu’il vient de faire au gouvernement fédéral. Bien au contraire, nous croyons plutôt qu’un investissement en éducation supérieure constitue un élément fort d’une stratégie de sortie de crise », de souligner la présidente de la CSN.

Appel à des contributions solidaires des syndicats

Au moins 14 personnes partiront à Cuba durant le congé des Fêtes, suite à l’initiative prise par le comité d’action internationale de la FNEEQ et Mercure pour le tourisme équitable, à l’occasion, comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises, de l’année commémorant le 50e anniversaire de la révolution cubaine. Cuba a été victime de deux ouragans dont les effets ont été dévastateurs, même si la situation au plan de la santé publique était meilleure que celle qui prévalait à Haïti. Depuis, les conditions se sont améliorées. Selon les informations que nous avons obtenues, les autorités cubaines ont maintenant annoncé que la situation s’est rétablie et que l’Île est maintenant prête à accueillir tous les visiteurs, sans inconvénients. Toutefois, comme geste de solidarité avec le peuple cubain, un appel est lancé à tous les syndicats à contribuer financièrement pour augmenter le don de 500 $ consenti par le bureau fédéral en octobre dernier. 

Concernant les différends entre deux syndicats affiliés à des fédérations distinctes

Logo FEC-FNEEQConsidérant les enjeux sur le plan des relations entre les syndicats, la FNEEQ a toujours eu le souci de la concertation en matière de sécurité d’emploi. C’est ainsi qu’au sein du regroupement cégep, un modus vivendi s’est établi, sur la base d’échanges à travers les instances de la fédération, lorsque des différends surviennent entre deux syndicats, concernant la relocalisation de personnes mises en disponibilité. Afin d’étendre à tout le réseau cette collaboration, la FNEEQ a proposé au printemps dernier d’établir un protocole avec la FAC et la FEC-CSQ,concernant les litiges pouvant impliquer deux syndicats affiliés à des fédérations différentes. Fondé sur la reconnaissance de la souveraineté des syndicats dans la conduite des représentations pour la défense de leurs membres,le protocole les invite toutefois à informer leur fédération respective et à accepter de s’engager dans un processus de recherche de solution, de concert avec les syndicats impliqués. La FEC-CSQ et la FNEEQ-CSN ont adopté le protocole dans leur instance, concrétisant ainsi un authentique processus de concertation sur ce plan. Mentionnons que l’instance de la FAC ne s’est pas inscrite dans la démarche. Selon son président, Jean-Claude Drapeau, l’instance a décidé d’un laisser sur table de la proposition de protocole, ne croyant pas nécessaire d’engager leur fédération autonome dans une telle démarche.

Pour télécharger le protocole

Poursuite des travaux sur la profession enseignante

au cégep Marie-VictorinLe Comité patronal de négociation des collèges et les trois fédérations syndicales enseignantes ont convenu de confier au comité paritaire sur la profession enseignante le mandat de poursuivre les travaux. Rappelons que ce comité a produit le rapport Enseigner au collégial, portrait de la profession, qui présente l’étendue de la profession enseignante au collégial et qui témoigne d’une tâche plus complexe. Le nouveau mandat du comité dont la fin des travaux est prévue pour la mi décembre a pour objet de comparer le rapport produit et le contenu des conventions collectives, de dresser un inventaire des écarts et, le cas échéant, d’examiner la nature de ces écarts et d’en déterminer les impacts sur l’enseignement collégial.

Pour prendre connaissance de l’entente signée par la FNEEQ

Le gouvernement du Québec ignore les besoins des enseignantes et des enseignants de cégep

page 1 dépliant - craieDemain matin, les professeurs de tous les cégeps manifesteront leur indignation face à la décision du gouvernement du Québec de ne donner officiellement aucune somme d’argent, en provenance des transferts fédéraux, à l’enseignement proprement dit. Le ministère a accordé aux cégeps 40 % de ces montants reçus au titre de l’enseignement supérieur, tel que le réclamaient les différents intervenants du milieu collégial. Mais le gouvernement Charest a décidé qu’il n’y aurait, à même ces enveloppes, aucune somme pour soutenir la tâche inhérente des enseignantes et des enseignants c’est-à-dire la préparation, la prestation, l’encadrement et l’évaluation.

Des lignes de piquetage seront dressées demain matin devant tous les collèges. Une lettre ouverte adressée à madame Courchesne et signée par un peu plus de 9000 enseignantes et enseignants de cégep, dénonçant les décisions de son ministère en regard des transferts fédéraux, sera distribuée aux étudiantes et aux étudiants.

Pour accéder au contenu de la lettre ouverte transmise à Michelle Courchesne et appuyée par 9 023 enseignantes et enseignants

Face à la situation dramatique en Haïti suite aux cyclones

haitiUne quinzaine d’organisations haïtiennes dont deux partenaires du CISO,l’Institut culturel Karl Lévèque (ICKL) et la Plateforme haïtienne pour un développement alternatif (PAPDA) ont rendu publique une prise de position le 22 septembre dernier relative à la situation pénible du peuple haïtien suite aux cyclones Fay, Gustav, Hanna et Ike. Rendant hommage aux victimes, elles se sont donné une structure provisoire pour faire le bilan des dégâts et consolider leurs luttes pour que l’État haïtien prenne des mesures adéquates pour attaquer les maux à leurs racines.

Un séjour solidaire avec le peuple cubain du 29 décembre 2008 au 5 janvier 2009

ManifDrapeauCubainLa constitution d’un groupe de personnes désireuses de se retrouver à Cuba durant la période du congé des Fêtes est en cours. Nous relançons l’appel, que nous voulons le plus large possible, à se joindre à ce projet de séjour solidaire avec le peuple cubain, alors qu’il est aux prises avec les conséquences du passage de deux ouragans.

Pour atteindre les formulaires, voyez le communiqué du 3 septembre, ci-dessous.

Faisons du 6 octobre un moment fort d’appui à notre profession

WTD08_Ec_fr4La mobilisation dans les cégeps des syndicats enseignants est bien engagée. Répondant à l’appel à la mobilisation générale pour le 6 octobre prochain, les équipes syndicales multiplient les assemblées et les rencontres dans les établissements pour faire de cette journée un moment fort de rassemblement en appui à la profession enseignante. Rappelons que cet appel fut lancé par les instances des trois fédérations, la FAC, la FEC-CSQ et la FNEEQ-CSN, qui regroupent les délégués-es des 59 syndicats du réseau des cégeps, pour manifester contre les décisions gouvernementales quant à la répartition des investissements réalisés dans les cégeps. Au lendemain de la journée mondiale des enseignantes et des enseignants qui a lieu le 5 octobre, la journée du lundi 6 débutera par des lignes de piquetage devant tous les établilssements au Québec, de manière simultanée. Les syndicats ont reçu différents outils et documents d’information pour soutenir la campagne. On peut télécharger ici le dernier numéro du bulletin intersyndical centré sur la mobilisation pour cette journée. On trouvera également le dernier numéro de Carnet collégial qui revient sur la réunion du regroupement cégep, qui reprend l’analyse des choix du gouvernement en regard du réinvestissement au collégial et qui présente aussi les premiers préparatifs au plan de la négociation dans le secteur public.

La Coalition-Cégeps réclame de nouveaux engagements

coalition cégepsMalgré le récent réinvestissement, le sous-financement chronique des universités et des cégeps constitue un problème de taille qui hypothèque leurs missions. Pour que le réseau des cégeps retrouve un niveau de financement lui permettant d’accomplir adéquatement sa mission, ce sont plus de 300 millions de dollars par an qui doivent, de toute urgence, être réinvestis. La récente injection de sommes provenant des transferts fédéraux dans les cégeps, de l’ordre de 70 millions par an, a marqué un pas dans la bonne direction, d’autant plus qu’elle a respecté la proportion de 40 %, qui doit revenir aux cégeps. Cependant, elle est loin de combler les besoins pressants qui persistent. Pour la Coalition-Cégeps, les formations politiques fédérales doivent clairement faire connaître leurs intentions en matière de financement de l’enseignement supérieur et s’engager à hausser les transferts fédéraux pour les provinces. Ces transferts se révèlent déterminants pour les cégeps afin qu’ils investissent dans les services directs aux élèves, principalement par l’embauche de personnel professionnel, de personnel de soutien ainsi que d’enseignantes et d’enseignants.

Respect à la liberté syndicale!

Le Syndicat des travailleurs des secteurs public, para-public et privé de l’état de Nayarit (SITEM) a amorcé une mobilisation et occupe les locaux du Tribunal du travail de la ville de Tepic dans l’état de Nayarit au Mexique depuis le 10 août 2008 pour protester contre les tentatives du Gouverneur de l’état et d’une bureaucrate syndicale vendue de faire disparaître ce petit syndicat libre et démocratique de 1 800 membres. Le gouverneur reconnaît en effet à celle-ci l’exclusivité de la représentation syndicale alors que le syndicat de 7 000 affiliés qu’elle dirige agit en toute illégalité, sans constitution, statuts internes  et autres documents légaux requis par la loi.

Ainsi, le Gouverneur a récemment donné ordre d’assigner au syndicat majoritaire, dirigé par cette bureaucrate complice, 18 postes laissés vacants par les travailleurs qui ont pris leur retraite et ce, malgré les recommandations de la Cour suprême de justice du pays allant dans le sens de respecter les postes qui devraient être réservés pour des membres de syndicats minoritaires. De plus, les membres du SITEM ne sont pas couverts par 35 clauses de la convention collective, ce qui viole clairement et ouvertement l’article 396 de la Loi fédérale du travail. Enfin, le traitement inégal du gouverneur à l’encontre du SITEM va jusqu’au refus de lui  octroyer 30 bourses d’études pour les enfants de ses membres alors qu’il a versé 2 millions de pesos au syndicat officiel à cette fin.

Une participation active des membres de la FNEEQ

AfficheLe Cocal VIII, qui se tenait à San Diego du 8 au 10 août dernier, avait comme objectifs de dresser l’état de la situation des enseignantes et des enseignants à statut précaire en Amérique du Nord et d’échanger sur des avenues de solution pour l’amélioration de leurs conditions d’exercice.  Rappelons que cette coalition tient un forum bisannuel réunissant des représentants du Québec, du Canada, des États-Unis et du Mexique. Cette année, y participaient également des collègues de l’Irlande et de l’Afrique du Sud. La délégation formée de représentants de la FNEEQ et de syndicats affiliés a encore une fois participé activement aux débats et expliqué en quoi le modèle québécois a permis des avancées notables.

L’arbitre tranche en faveur du projet syndical!

Appelé par l’employeur à se prononcer pour déterminer la convention collective des enseignantes et des enseignants du collège Villa-Maria, c’est en faveur du projet déposé par le syndicat que l’arbitre Jacques Doré a tranché.

Pour le président du syndicat, Alexandre Coudé, la reconnaissance professionnelle était au cœur des négociations. « Nous sommes particulièrement satisfaits du fait que notre tâche de travail soit maintenant équivalente à celle qui prévaut dans d’autres institutions privées », a-t-il déclaré.

Le site d’enseignement expérimental de Lac Mégantic est maintenant reconnu officiellement comme Centre d’études collégiales

C’est à compter d’aujourd’hui que le site d’enseignement expérimental de Lac Mégantic est maintenant reconnu Centre d’études collégiales, tel que l’avais indiqué madame Michèle Courchesne, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, à la direction du Cégep Beauce-Appalaches dans une correspondance transmise au début de l’hiver. Pour que cette reconnaissance devienne officielle, il était nécessaire que le Comité patronal de négociations des collèges (CPNC) et la FNEEQ s’entendent aussi sur les conditions de travail des enseignantes et des enseignants. Une telle entente est intervenue le 29 mai dernier et permet non seulement d’établir les modalités d’accès aux postes et aux charges sur le site d’enseignement mais confirme rétroactivement le statut des enseignantes et des enseignants au sein de l’établissement. Une histoire qui remonte presque à 10 ans.
 

Le gouvernement du Québec ne consent que 10% des investissements à l’enseignement et en le destinant à des fonctions périphériques

La nouvelle circulait déjà dans les collèges : le gouvernement du Québec a alloué aux cégeps leur juste part des transferts fédéraux pour l’enseignement supérieur. Toutefois, avec le dépôt des crédits à la fin de la session parlementaire, qui permettent de mieux identifier les choix gouvernementaux, force est de constater que le gouvernement du Québec n’offre aucun appui à la tâche inhérente des enseignantes et des enseignants et ne consent qu’un maigre 10% sur l’ensemble de la somme dévolue aux cégeps à des fonctions périphériques.

Le Conseil supérieur de l’éducation répond à la FNEEQ

Dans son dernier avis intitulé Des acquis à préserver et des défis à relever pour les universités québécoises, le Conseil supérieur de l’éducation dresse un portrait de la situation actuelle dans les universités et des perspectives de développement. La FNEEQ avait fortement réagi à cet avis, notamment sur le lien entre le risque d’affaiblissement de la qualité de l’enseignement et la présence des chargées et chargés de cours. Elle s’était également étonnée du fait qu’elle n’avait pas été consultée, même si elle représente plus de 8 000 chargées et chargés de cours qui assument environ 50 % de l’enseignement au premier cycle.

Les auxiliaires de l’enseignement de McGill entérinent la convention collective

Dans une assemblée générale très attentive, hier en fin de journée, les auxiliaires d’enseignement de l’Unievrsité McGill ont accepté, dans une proportion de 96 %, la recommandation du conciliateur qui consititue une proposition de règlement sur les derniers points qui demeuraient litigieux. Toutefois, cette décision, si elle envoie un message fort de volonté de trouver un règlement à la négociation entre l’université et ses auxiliaires d’enseignement, il reste à conclure un protocole de retour au travail qui respectent les salariés et qui évitent que des individus aient à subir les mesures de harcèlement que l’université avait décidé d’avoir recours durant le conflit. Voici le communiqué publé aujourd’hui à ce sujet :

Les auxiliaires de l’enseignement de l’Université McGill en grève ont voté, dans une proportion de 96 %, jeudi soir, en faveur des recommandations d’un conciliateur provincial et approuvé, de ce fait, une nouvelle convention collective. La convention collective entérinée par les membres de l’AEEDEM, qui est affiliée à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), est une grande avancée dans la lutte contre l’exploitation des étudiants diplômés comme source de "cheap labour" et d’améliorer la qualité de l’éducation des étudiants non diplômés. Toutefois, la grève ne sera terminée que lorsqu’un protocole de retour au travail aura été ratifié. Les 2000 membres de l’Association des étudiantes et des étudiants diplômés employés de McGill (AEEDEM) sont en grève depuis le 8 avril afin d’obtenir des améliorations à leurs salaires et à leurs conditions de travail et donc de faire reconnaître leur contribution à la mission pédagogique de McGill.

Les quatre syndicats de l’UQAM réagissent

appui_off_UQAMLe Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM (SCCUQ) s’est joint aux syndicats des professeurs, des employés et des étudiants pour accueillir avec satisfaction la deuxième partie du Rapport du vérificateur général du Québec concernant la vérification particulière menée auprès de l’Université du Québec à Montréal.

Les quatre syndicats partagent les conclusions du vérificateur quant aux facteurs à l’origine de la crise financière que vit l’UQAM. En outre, ils réclament notamment le retrait de l’UQAM du réseau de l’Université du Québec ainsi que la prise en charge par le gouvernement de l’Îlot Voyageur et du Complexe des sciences.

La FNEEQ participe à la conférence Labour for Palestine

brick by brick torontoLa FNEEQ a participé à Toronto à une conférence organisée par Labour for Palestine, un comité de la Coalition contre l’apartheid israélien (CAIA), du 30 mai au 1 juin 2008. Cette conférence, en marge du congrès du Congrès du travail du Canada (CTC), se tenait à un moment crucial. En effet, les mouvements de solidarité pour la Palestine ont accueilli récemment l’adoption par le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) du Canada, une résolution de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) à l’endroit d’Israël. Rappelons que le STTP fut le premier syndicat canadien à l’époque à adopter une telle résolution contre l’apartheid sud-africain. Il est maintenant le premier syndicat à l’échelle de l’État canadien à appuyer une campagne de BDS.

 

Le coût réel de la sécurité d’emploi dans les cégeps correspond seulement à 4% du nombre de profs mis en disponibilité

Le coût de la protection salariale de la sécurité d’emploi pour les 210 personnes enseignantes mises en disponibilité en mai 2007 correspond au salaire de 8,56 ETC (équivalent temps complet), douze mois plus tard. C’est ce qui ressort d’une étude produite par la FNEEQ et qui fut présentée lors de la dernière réunion du regroupement cégep le 27 mai dernier. La FNEEQ produit un tel bilan de la réalité de la sécurité d’emploi depuis maintenant plus de 20 ans. Et, à nouveau, l’étude confirme que la plupart des personnes mises en disponibilité dans le réseau ne sont pas simplement à la charge du gouvernement.

La FNEEQ défend la qualité de la formation pour tous

Invitée à titre d’intervenante politique, la FNEEQ a participé les 29 et 30 mai derniers au colloque de l’ACDEAULF ayant pour thème La formation universitaire hors des campus principaux : bilan, enjeux et perspectives. Claire Tremblay, déléguée à la coordination du Regroupement université, y a expliqué la contribution des chargées et chargés de cours à la mission des universités sur l’ensemble du territoire québécois, en insistant sur les défis liés au maintien de la qualité de la formation.

« Honte à l’administration »

AGSEMLes auxiliaires à l’enseignement de l’Université McGill en grève et leurs ami-es tiendront un rassemblement ayant pour thème « Honte à l’administration », à l’entrée Roddick, sur la rue Sherbrooke, de midi à 15 h 30, aujourd’hui le 30 mai. Les membres de l’Association des étudiant-e-s diplômés employés de McGill (AEDEM), en grève depuis le 8 avril, des sympathisants et d’autres groupes de l’université qui ont aussi souffert de cette administration qui n’a aucun sens de la justice sociale, aucun respect pour le Code de travail ou la paix sociale sur le campus.

Colloque femmes et pouvoir: une place à prendre

Elaine Hémond2-rognéePourquoi un tel colloque alors qu’ici, au Québec, l’égalité de droits pour les femmes semble déjà toute acquise ? À quoi ce colloque peut-il être utile, si l’on croit qu’il suffit de vouloir pour pouvoir ? Peut-être, dans un premier temps, tout simplement à se rendre compte qu’il y a un décalage entre l’égalité de droits et l’égalité de faits, ici, au Québec, même dans le milieu syndical.

Les enseignantes et les enseignants choisissent la FNEEQ-CSN

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) accueille un nouveau syndicat. Ayant décidé de se désaffilier de la Fédération autonome du collégial (FAC) le 5 mai dernier, les enseignantes et les enseignants du cégep Lionel-Groulx devaient se prononcer pour une affiliation à la FEC-CSQ ou à la FNEEQ-CSN. C’est dans une proportion de 72 % que les enseignantes et les enseignants ont voté en faveur d’une affiliation à la FNEEQ-CSN. Pour le syndicat, il s’agit d’un retour à la FNEEQ.

La FNEEQ s’étonne du déni du rôle des chargées et chargés de cours universitaires

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) accueille avec étonnement l’avis rendu public par le Conseil supérieur de l’éducation, le 6 mai dernier, intitulé Des acquis à préserver et des défis à relever pour les universités québécoises. En effet, même si elle ne peut que souscrire à la réaffirmation de la mission universitaire qui s’articule autour des activités de formation, de recherche et de services à la collectivité, la FNEEQ relève dans cet avis des lacunes importantes concernant l’appréciation du rôle des chargées et chargés de cours dans les universités québécoises.

Solidarité avec le peuple palestinien

sttp_logoDans une lettre transmise au président du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), Denis Lemelin, Ronald Cameron, au nom de la FNEEQ, a exprimé ses félicitations pour l’adoption d’une importante résolution de solidarité avec le peuple palestinien, lors du congrès du STTP du 13 au 18 avril dernier qui a réuni des représentantes et représentants de plus de 50 000 travailleurs et travailleuses de l’État canadien. La recommandation adoptée par le STTP exprime, non seulement un appui politique à la lutte du peuple palestinien, mais elle permet aussi de renforcer la campagne internationale de boycottage, de désinvestissement et de sanctions (BDS) contre l’apartheid israélien, tant qu’Israël ne respectera pas ses obligations de reconnaître le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination et ne se conformera pas aux préceptes du droit international, incluant le droit au retour des réfugiés palestiniens dans leurs foyers et sur leurs terres, tel que stipulé par la résolution 194 des Nations unies.

Les récentes prétentions légales de l’Université McGill

AGSEMLe jeudi 24 avril 2008, la direction de l’Université a fait circuler, auprès de la communauté universitaire, une lettre de monsieur Morton J. Mendelson, premier vice-principal exécutif adjoint aux études et à la vie étudiante. M. Mendelson, en plus de s’ingérer illégalement dans les affaires du syndicat, prétend que la Commission des relations du travail (CRT) du Québec soutient – dans une décision prise sans la présence des représentants juridiques du syndicat AGSEM – l’interprétation de l’Université quant à l’application des lois du travail au Québec dans le contexte de la grève en cours des auxiliaires d’enseignement. Cette interprétation est tout à fait fausse et induit en erreur la communauté universitaire.

Un atelier de solidarité avec le peuple palestinien est annulé par la direction du cégep Bois-de-Boulogne

bois de boulogne_210408Le 21 avril dernier, en collaboration avec un groupe local d’action étudiante (le CALEB), devait se tenir une activité de sensibilisation et d’appui à la lutte du peuple palestinien au cégep Bois-de-Boulogne. Bien que l’activité ait été annoncée deux semaines à l’avance, ce n’est que le mercredi précédant sa tenue que l’administration du collège s’est manifestée en publiant un communiqué pour empêcher l’activité. Les motifs invoqués par l’administration étaient que l’événement en solidarité avec le peuple palestinien se tenait le même jour que la Pâques juive, et qu’aucun-e invité-e ne représentait le point de vue antagoniste. Malgré les tentatives du collège, l’activité s’est quand même tenue à l’extérieur devant une soixantaine de personnes.
 

Succès de l’opération dans les CA

Exécutif et direction - OutaouaisNous sommes coupables, au Québec, de n’avoir pas su valoriser le travail de nos enseignantes et de nos enseignants, a-t-elle affirmé. À côté, en Ontario, à la Cité collégiale ou au Collège Algonquin, un enseignant détenteur d’un DEC peut gagner 88 000$ après trois ans. Au Québec, un enseignant de collégial plafonne à 69 000$, à condition d’avoir un doctorat et quinze années d’expérience! Dans un contexte où le besoin d’une relève de qualité se fait sentir de façon de plus en plus pressante, il est urgent de valoriser la profession enseignante au collégial, tant par une injection de ressources que par un rattrapage salarial.

C’est ainsi que s’est exprimée Marielle Poirier, directrice générale du collège de l’Outaouais, lorsque la réunion du conseil d’administration du collège a abordé la question du rapport sur la profession enseignante actuelle, le 8 avril dernier. C’est dire le succès de l’opération initiée par les trois fédérations syndicales enseignantes suite à la publication du rapport au début du mois. À ce jour, environ le tiers des syndicats sont intervenus dans les réunions de conseils d’administration ou sont sur le point de le faire. Aucun échec ne fut enregistré. Quelques réunions ont reporté leur décision finale. La plupart des conseils d’administration ont adopté la proposition de valorisation et ont exprimé une volonté de voir des suites au rapport. L’opération se poursuit et la plupart des réunions à venir des conseils d’administration prévoient des interventions de la part des représentants enseignants.

Pour prendre connaissance du bulletin  FAC-FEC-FNEEQ no 2 sur l’opération CA
Pour prendre connaissance de la campagne

Sur la réunion du CA du collège de l’Outaouais,

Les congédiements n’ont pas démobilisé les auxiliaires de l’enseignement

Plusieurs des 1 100 auxiliaires de l’enseignement de l’Université McGill, en grève depuis deux semaines, ont profité du temps doux pour organiser aujourd’hui un barbecue de solidarité. L’événement s’est tenu sous un soleil radieux et a démontré que le moral des grévistes demeure élevé malgré les tentatives répétées de l’administration de McGill de les démobiliser.

McGill congédie illégalement ses étudiants travailleurs à cause d’activités syndicales

L’Université McGill congédie illégalement les étudiants diplômés qui travaillent comme surveillant aux examens, s’ils appartiennent au syndicat qui représente les auxiliaires à l’enseignement, actuellement en grève. De plus, l’université refuse d’embaucher d’autres étudiants diplômés pour ce travail en raison de la grève.

Une première convention au collège Champagneur

champagneur_006

Une première assemblée générale a eu lieu pour les salarié-es du collège Champagneur. Mardi, le 3 avril 2008, l’exécutif syndical, accompagné de son conseiller, Norman Thibault, avait invité les salarié-es du collège pour une première rencontre d’informations. Syndiqué-es depuis septembre 2007, l’exécutif a présenté à l’assemblée un compte rendu des différentes clauses déjà rédigées, en suscitant du même coup des discussions et des suggestions des membres. Une rencontre, somme toute, fort intéressante et enrichissante !

Selon la coalition-cégeps

coalition cégepsLe budget du gouvernement québécois présenté le 13 mars dernier par la ministre Jérôme-Forget prévoit des investissments dans l’enseignement collégial à hauteur de 75 millions de $. La Coalition cégeps vient de transmettre aux syndicats et aux associations étudiantes, affiliés aux fédérations et groupes membres de la coalition, un communiqué qui présente un commentaire succint sur les décisions budgétaires du gouvernement de Jean Charest. Pour la coalition, les annonces bugétaires comporataient  « au moins une bonne nouvelle pour le réseau des cégeps. La part des transferts fédéraux qui sera octroyée aux cégeps est établie à 40 % ce que n’avait cessé de réclamer la Coalition-cégeps ». Depuis plus d’un an, la Coalition-cégeps a fait du financent du réseau collégial sa principale priorité. Elle a non seulment rencontré la ministre de l’Éducation, Michèlle Courchesne, mais aussi les partis politiques provinciaux. On trouvera dans la dernière édition du bulletin de la coalition le compte rendu de ces rencontres.

 

Déjà des conseils d’administration se sont prononcés

Conférence de presse 2Le 1er avril, les trois fédérations syndicales représentant le personnel enseignant dans les cégeps ont  tenu une conférence de presse afin de rendre public le document « Enseigner au collégial, portrait de la profession » convenu avec le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC). D’une seule voix, les trois fédérations ont souligné l’urgence d’agir et de faire écho aux attentes des membres des syndicats concernant la lourdeur de la tâche, soulignant l’importance des défis qui attendent le Québec en enseignement supérieur, notamment en regard de la réussite, et insistant sur le fait que la situation actuelle handicape sérieusement  les efforts du réseau collégial. Ils ont dans cet esprit présenté aux médias le plaidoyer adopté unanimement par les syndicats.

Le collège ne sera pas en mesure d’ouvrir le programme

SPPCEMC’est maintenant officiel,  le collège Édouard-Montpetit (CEM) ne sera pas en mesure d’ouvrir le programme en anglais de « Maintenance d’aéronefs » à l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) en septembre 2008, compte tenu du peu d’inscriptions. À la réunion du comité des relations de travail du 18 mars, le Collège a informé le syndicat que seulement 25 demandes d’admission ont été reçues pour ce programme. De plus, deux demandes étaient irrecevables en vertu des critères fixés par le Conseil d’administration du 12 juin 2007, notamment le fait que les étudiants devaient provenir exclusivement d’institutions anglophones. Le CA avait fixé à 30 le nombre minimal d’étudiants pour être en mesure d’ouvrir le programme. Dans sa lettre autorisant le projet le 7 décembre 2007, la ministre Michelle Courchesne avait, quant à elle, statué que ce nombre était un maximum. On note parallèlement une remontée spectaculaire des demandes dans les programmes réguliers de l’ÉNA en français.