Victoire de la FNEEQ: la Cour supérieure rejette la requête en révision judiciaire du Collège Ahuntsic

grève à Ahuntsic - novembre 2005Dans une courte décision rendue publique hier, le juge Daniel H. Tingley de la Cour supérieure a rejeté la requête en révision judiciaire du Collège Ahuntsic contre le Syndicat du personnel enseignant du collège. La requête du collège visait à remettre en question la décision rendue par l’arbitre Pierre Fortin, qui avait reconnu le droit des enseignantes et des enseignants à obtenir une compensation pour la reprise des cours à la suite de l’exercice de la grève légale.

Pour atteindre le site du SPECA

Participation de la FNEEQ, de la FEESP et de la CSN au Portail du réseau colllégial

portail réseau collégial

La Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ), la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) sont heureuses de s’associer à différents organismes du réseau collégial pour contribuer au développement et à l’élaboration du contenu du Portail du réseau collégial (PRC). Ce portail constitue un nouvel outil de développement et de valorisation du réseau collégial et la FNEEQ comptera un représentant à son conseil d’administration. Le lancement officiel a eu lieu lors du congrès de la Fédération des cégeps, centré autour du quarantième anniversaire des cégeps. Au Québec, aucun autre ordre d’enseignement n’a à ce jour tenté de réaliser un tel projet coopératif. Nous croyons que le réseau collégial a ce qu’il faut en termes d’expertise et de dynamisme pour développer un contenu de grande qualité.

La Coalition-Cégeps réclame des engagements clairs et précis

coalition cégepsAlors que la campagne électorale québécoise tarde à se mettre réellement en branle, la Coalition-Cégeps interpelle les différentes formations politiques pour qu’elles annoncent clairement leurs intentions face aux réinvestissements attendus dans le réseau collégial. Depuis plus de deux ans, la Coalition-Cégeps fait du financement du réseau sa priorité et orchestre de nombreuses actions afin de sensibiliser la classe politique à la réalité collégiale. Malheureusement, depuis le début de la campagne électorale, les partis politiques ont peu fait état de leur position respective et tardent à s’engager à résoudre les problèmes de sous-financement qui affecte les cégeps.

Concernant les différends entre deux syndicats affiliés à des fédérations distinctes

Logo FEC-FNEEQConsidérant les enjeux sur le plan des relations entre les syndicats, la FNEEQ a toujours eu le souci de la concertation en matière de sécurité d’emploi. C’est ainsi qu’au sein du regroupement cégep, un modus vivendi s’est établi, sur la base d’échanges à travers les instances de la fédération, lorsque des différends surviennent entre deux syndicats, concernant la relocalisation de personnes mises en disponibilité. Afin d’étendre à tout le réseau cette collaboration, la FNEEQ a proposé au printemps dernier d’établir un protocole avec la FAC et la FEC-CSQ,concernant les litiges pouvant impliquer deux syndicats affiliés à des fédérations différentes. Fondé sur la reconnaissance de la souveraineté des syndicats dans la conduite des représentations pour la défense de leurs membres,le protocole les invite toutefois à informer leur fédération respective et à accepter de s’engager dans un processus de recherche de solution, de concert avec les syndicats impliqués. La FEC-CSQ et la FNEEQ-CSN ont adopté le protocole dans leur instance, concrétisant ainsi un authentique processus de concertation sur ce plan. Mentionnons que l’instance de la FAC ne s’est pas inscrite dans la démarche. Selon son président, Jean-Claude Drapeau, l’instance a décidé d’un laisser sur table de la proposition de protocole, ne croyant pas nécessaire d’engager leur fédération autonome dans une telle démarche.

Pour télécharger le protocole

Poursuite des travaux sur la profession enseignante

au cégep Marie-VictorinLe Comité patronal de négociation des collèges et les trois fédérations syndicales enseignantes ont convenu de confier au comité paritaire sur la profession enseignante le mandat de poursuivre les travaux. Rappelons que ce comité a produit le rapport Enseigner au collégial, portrait de la profession, qui présente l’étendue de la profession enseignante au collégial et qui témoigne d’une tâche plus complexe. Le nouveau mandat du comité dont la fin des travaux est prévue pour la mi décembre a pour objet de comparer le rapport produit et le contenu des conventions collectives, de dresser un inventaire des écarts et, le cas échéant, d’examiner la nature de ces écarts et d’en déterminer les impacts sur l’enseignement collégial.

Pour prendre connaissance de l’entente signée par la FNEEQ

Le gouvernement du Québec ignore les besoins des enseignantes et des enseignants de cégep

page 1 dépliant - craieDemain matin, les professeurs de tous les cégeps manifesteront leur indignation face à la décision du gouvernement du Québec de ne donner officiellement aucune somme d’argent, en provenance des transferts fédéraux, à l’enseignement proprement dit. Le ministère a accordé aux cégeps 40 % de ces montants reçus au titre de l’enseignement supérieur, tel que le réclamaient les différents intervenants du milieu collégial. Mais le gouvernement Charest a décidé qu’il n’y aurait, à même ces enveloppes, aucune somme pour soutenir la tâche inhérente des enseignantes et des enseignants c’est-à-dire la préparation, la prestation, l’encadrement et l’évaluation.

Des lignes de piquetage seront dressées demain matin devant tous les collèges. Une lettre ouverte adressée à madame Courchesne et signée par un peu plus de 9000 enseignantes et enseignants de cégep, dénonçant les décisions de son ministère en regard des transferts fédéraux, sera distribuée aux étudiantes et aux étudiants.

Pour accéder au contenu de la lettre ouverte transmise à Michelle Courchesne et appuyée par 9 023 enseignantes et enseignants

Faisons du 6 octobre un moment fort d’appui à notre profession

WTD08_Ec_fr4La mobilisation dans les cégeps des syndicats enseignants est bien engagée. Répondant à l’appel à la mobilisation générale pour le 6 octobre prochain, les équipes syndicales multiplient les assemblées et les rencontres dans les établissements pour faire de cette journée un moment fort de rassemblement en appui à la profession enseignante. Rappelons que cet appel fut lancé par les instances des trois fédérations, la FAC, la FEC-CSQ et la FNEEQ-CSN, qui regroupent les délégués-es des 59 syndicats du réseau des cégeps, pour manifester contre les décisions gouvernementales quant à la répartition des investissements réalisés dans les cégeps. Au lendemain de la journée mondiale des enseignantes et des enseignants qui a lieu le 5 octobre, la journée du lundi 6 débutera par des lignes de piquetage devant tous les établilssements au Québec, de manière simultanée. Les syndicats ont reçu différents outils et documents d’information pour soutenir la campagne. On peut télécharger ici le dernier numéro du bulletin intersyndical centré sur la mobilisation pour cette journée. On trouvera également le dernier numéro de Carnet collégial qui revient sur la réunion du regroupement cégep, qui reprend l’analyse des choix du gouvernement en regard du réinvestissement au collégial et qui présente aussi les premiers préparatifs au plan de la négociation dans le secteur public.

La Coalition-Cégeps réclame de nouveaux engagements

coalition cégepsMalgré le récent réinvestissement, le sous-financement chronique des universités et des cégeps constitue un problème de taille qui hypothèque leurs missions. Pour que le réseau des cégeps retrouve un niveau de financement lui permettant d’accomplir adéquatement sa mission, ce sont plus de 300 millions de dollars par an qui doivent, de toute urgence, être réinvestis. La récente injection de sommes provenant des transferts fédéraux dans les cégeps, de l’ordre de 70 millions par an, a marqué un pas dans la bonne direction, d’autant plus qu’elle a respecté la proportion de 40 %, qui doit revenir aux cégeps. Cependant, elle est loin de combler les besoins pressants qui persistent. Pour la Coalition-Cégeps, les formations politiques fédérales doivent clairement faire connaître leurs intentions en matière de financement de l’enseignement supérieur et s’engager à hausser les transferts fédéraux pour les provinces. Ces transferts se révèlent déterminants pour les cégeps afin qu’ils investissent dans les services directs aux élèves, principalement par l’embauche de personnel professionnel, de personnel de soutien ainsi que d’enseignantes et d’enseignants.

Le site d’enseignement expérimental de Lac Mégantic est maintenant reconnu officiellement comme Centre d’études collégiales

C’est à compter d’aujourd’hui que le site d’enseignement expérimental de Lac Mégantic est maintenant reconnu Centre d’études collégiales, tel que l’avais indiqué madame Michèle Courchesne, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, à la direction du Cégep Beauce-Appalaches dans une correspondance transmise au début de l’hiver. Pour que cette reconnaissance devienne officielle, il était nécessaire que le Comité patronal de négociations des collèges (CPNC) et la FNEEQ s’entendent aussi sur les conditions de travail des enseignantes et des enseignants. Une telle entente est intervenue le 29 mai dernier et permet non seulement d’établir les modalités d’accès aux postes et aux charges sur le site d’enseignement mais confirme rétroactivement le statut des enseignantes et des enseignants au sein de l’établissement. Une histoire qui remonte presque à 10 ans.
 

Le gouvernement du Québec ne consent que 10% des investissements à l’enseignement et en le destinant à des fonctions périphériques

La nouvelle circulait déjà dans les collèges : le gouvernement du Québec a alloué aux cégeps leur juste part des transferts fédéraux pour l’enseignement supérieur. Toutefois, avec le dépôt des crédits à la fin de la session parlementaire, qui permettent de mieux identifier les choix gouvernementaux, force est de constater que le gouvernement du Québec n’offre aucun appui à la tâche inhérente des enseignantes et des enseignants et ne consent qu’un maigre 10% sur l’ensemble de la somme dévolue aux cégeps à des fonctions périphériques.

Le coût réel de la sécurité d’emploi dans les cégeps correspond seulement à 4% du nombre de profs mis en disponibilité

Le coût de la protection salariale de la sécurité d’emploi pour les 210 personnes enseignantes mises en disponibilité en mai 2007 correspond au salaire de 8,56 ETC (équivalent temps complet), douze mois plus tard. C’est ce qui ressort d’une étude produite par la FNEEQ et qui fut présentée lors de la dernière réunion du regroupement cégep le 27 mai dernier. La FNEEQ produit un tel bilan de la réalité de la sécurité d’emploi depuis maintenant plus de 20 ans. Et, à nouveau, l’étude confirme que la plupart des personnes mises en disponibilité dans le réseau ne sont pas simplement à la charge du gouvernement.

Les enseignantes et les enseignants choisissent la FNEEQ-CSN

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) accueille un nouveau syndicat. Ayant décidé de se désaffilier de la Fédération autonome du collégial (FAC) le 5 mai dernier, les enseignantes et les enseignants du cégep Lionel-Groulx devaient se prononcer pour une affiliation à la FEC-CSQ ou à la FNEEQ-CSN. C’est dans une proportion de 72 % que les enseignantes et les enseignants ont voté en faveur d’une affiliation à la FNEEQ-CSN. Pour le syndicat, il s’agit d’un retour à la FNEEQ.

Succès de l’opération dans les CA

Exécutif et direction - OutaouaisNous sommes coupables, au Québec, de n’avoir pas su valoriser le travail de nos enseignantes et de nos enseignants, a-t-elle affirmé. À côté, en Ontario, à la Cité collégiale ou au Collège Algonquin, un enseignant détenteur d’un DEC peut gagner 88 000$ après trois ans. Au Québec, un enseignant de collégial plafonne à 69 000$, à condition d’avoir un doctorat et quinze années d’expérience! Dans un contexte où le besoin d’une relève de qualité se fait sentir de façon de plus en plus pressante, il est urgent de valoriser la profession enseignante au collégial, tant par une injection de ressources que par un rattrapage salarial.

C’est ainsi que s’est exprimée Marielle Poirier, directrice générale du collège de l’Outaouais, lorsque la réunion du conseil d’administration du collège a abordé la question du rapport sur la profession enseignante actuelle, le 8 avril dernier. C’est dire le succès de l’opération initiée par les trois fédérations syndicales enseignantes suite à la publication du rapport au début du mois. À ce jour, environ le tiers des syndicats sont intervenus dans les réunions de conseils d’administration ou sont sur le point de le faire. Aucun échec ne fut enregistré. Quelques réunions ont reporté leur décision finale. La plupart des conseils d’administration ont adopté la proposition de valorisation et ont exprimé une volonté de voir des suites au rapport. L’opération se poursuit et la plupart des réunions à venir des conseils d’administration prévoient des interventions de la part des représentants enseignants.

Pour prendre connaissance du bulletin  FAC-FEC-FNEEQ no 2 sur l’opération CA
Pour prendre connaissance de la campagne

Sur la réunion du CA du collège de l’Outaouais,

Selon la coalition-cégeps

coalition cégepsLe budget du gouvernement québécois présenté le 13 mars dernier par la ministre Jérôme-Forget prévoit des investissments dans l’enseignement collégial à hauteur de 75 millions de $. La Coalition cégeps vient de transmettre aux syndicats et aux associations étudiantes, affiliés aux fédérations et groupes membres de la coalition, un communiqué qui présente un commentaire succint sur les décisions budgétaires du gouvernement de Jean Charest. Pour la coalition, les annonces bugétaires comporataient  « au moins une bonne nouvelle pour le réseau des cégeps. La part des transferts fédéraux qui sera octroyée aux cégeps est établie à 40 % ce que n’avait cessé de réclamer la Coalition-cégeps ». Depuis plus d’un an, la Coalition-cégeps a fait du financent du réseau collégial sa principale priorité. Elle a non seulment rencontré la ministre de l’Éducation, Michèlle Courchesne, mais aussi les partis politiques provinciaux. On trouvera dans la dernière édition du bulletin de la coalition le compte rendu de ces rencontres.

 

Déjà des conseils d’administration se sont prononcés

Conférence de presse 2Le 1er avril, les trois fédérations syndicales représentant le personnel enseignant dans les cégeps ont  tenu une conférence de presse afin de rendre public le document « Enseigner au collégial, portrait de la profession » convenu avec le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC). D’une seule voix, les trois fédérations ont souligné l’urgence d’agir et de faire écho aux attentes des membres des syndicats concernant la lourdeur de la tâche, soulignant l’importance des défis qui attendent le Québec en enseignement supérieur, notamment en regard de la réussite, et insistant sur le fait que la situation actuelle handicape sérieusement  les efforts du réseau collégial. Ils ont dans cet esprit présenté aux médias le plaidoyer adopté unanimement par les syndicats.

Le collège ne sera pas en mesure d’ouvrir le programme

SPPCEMC’est maintenant officiel,  le collège Édouard-Montpetit (CEM) ne sera pas en mesure d’ouvrir le programme en anglais de « Maintenance d’aéronefs » à l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) en septembre 2008, compte tenu du peu d’inscriptions. À la réunion du comité des relations de travail du 18 mars, le Collège a informé le syndicat que seulement 25 demandes d’admission ont été reçues pour ce programme. De plus, deux demandes étaient irrecevables en vertu des critères fixés par le Conseil d’administration du 12 juin 2007, notamment le fait que les étudiants devaient provenir exclusivement d’institutions anglophones. Le CA avait fixé à 30 le nombre minimal d’étudiants pour être en mesure d’ouvrir le programme. Dans sa lettre autorisant le projet le 7 décembre 2007, la ministre Michelle Courchesne avait, quant à elle, statué que ce nombre était un maximum. On note parallèlement une remontée spectaculaire des demandes dans les programmes réguliers de l’ÉNA en français.

Appel à une collecte d’instruments de musique pour les jeunes palestiniens des territoires occupés

note_espoir_logoLe 20 mars dernier, l’Atelier de musique de Jonquière a présenté un concert à saveur fort particulière. En effet, les musiciens et organisateurs ont décidé de sensibiliser la population au travail de l’association Al Kamandjâti (le violoniste, en arabe). Cette association crée des classes d’apprentissage de la musique pour les enfants et les jeunes palestiniens, souvent les plus démunis, vivant dans des camps de réfugiés à Gaza, en Cisjordanie et au Sud Liban. L’initiative est soutenue par le syndicat de l’Atelier de musique de Jonquière, affilié à la FNEEQ, dont des membres font partie des groupes musicaux qui se sont produit le 20 mars et ont initié le projet.

Vaste recherche dans les cégeps et campagne 2008 de sensibilisation contre l’homophobie le 17 avril

Réseau des alliés CSNLa réunion du 14 janvier dernier de la Table nationale de lutte contre l’homophobie du réseau collégial a été non seulement l’occasion d’amorcer la mobilisation en vue de la tenue de la Journée nationale de lutte contre l’homophobie qui se tient le 17 avril dans les cégeps, mais aussi de prendre connaissance de l’évolution de l’enquête qui s’amorce dans les prochaines semaines dans les établissements collégiaux du Québec. À cet effet, deux invités de marque étaient présents lors de la rencontre, soit Laurent McKutcheon de la Fondation émergence (Gai-écoute) et Lyne Chamberland professeure à l’UQAM et responsable de l’importante recherche sur « L’impact de l’homophobie et de la violence homophobe sur la persévérance et la réussite scolaire ». Rappelons que la Table nationale est composée d’organisations représentant le personnel enseignant, professionnel et de soutien. Les fédérations étudiantes, celle des parents et la Fédération des cégeps participent aussi aux travaux. La Table nationale se fixe principalement comme objectif de soutenir la lutte contre l’homophobie dans les cégeps et tente, entre autres par la journée du 17 avril, de mobiliser le réseau collégial dans cette bataille. La CSN, le secteur cégep de la FEESP et la FNEEQ sont représentés par Dominique Dubuc, une enseignante du cégep de Sherbrooke et membre de l’exécutif syndical, qui milite aussi au groupe gai et lesbienne de la CSN. Elle présente un compte rendu de la dernière rencontre de la table ainsi que les perspectives de travail sur cette question dans les prochain mois.

La FNEEQ réclame des mesures pour les élèves

Réunis en instance large à Montréal, les responsables syndicaux délégués du regroupement cégep de la FNEEQ ont accepté de souscrire aux modifications envisagées par le gouvernement au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC), qui prévoient notamment un élargissement des conditions d’admission. Le projet de modifications témoigne d’un recul en regard de la volonté du ministère d’ajouter à la décentralisation de l’enseignement collégial qui existe actuellement et consacre, en quelque sorte, l’échec du projet initial du Parti libéral qui aurait pu conduire à la remise en question du réseau collégial. Toutefois, si la plupart des dispositions ne suscitent pas de réactions importantes de notre part, celle concernant l’élargissement des conditions d’admission a fait l’objet de nombre de critiques de la part des enseignantes et des enseignants. Si la FNEEQ y consent aujourd’hui, il s’agit cependant d’un accord conditionnel, assorti de l’exigence qu’une série de mesures soient mises en place pour s’assurer que les élèves qui auront ainsi accès aux études collégiales ne soient pas poussés vers un cul-de-sac. 

Pour prendre connaissance du mémoire déposé au Conseil supérieur de l’éducation, cliquez ici.

Un «59» réussi !

59 - micro - St-HyacintheLes délégués-es au regroupement cégep ont vécu, le 7 février dernier, un événement historique : rassemblés dans le même hôtel, les délégations des syndicats des trois fédérations enseignantes au collégial, la FAC, la FEC-CSQ et la FNEEQ (CSN) ont adopté une proposition commune, discutée la veille, dans le cadre des travaux entrepris conjointement avec la partie patronale sur la profession enseignante.

Pour prendre connaissance du plaidoyer et de la recommandation adoptée, on peut consulter le numéro de février 2008 de Carnet collégial

Une importante décision arbitrale reconnaît l’obligation de compensation pour la reprise des activités

Grève AhuntsicDans une décision rendue publique hier, l’arbitre Pierre A. Fortin a reconnu le bien-fondé de la démarche du Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (SPECA) affilié à la FNEEQ et à la CSN, contre le Collège Ahuntsic dans un dossier politique important pour l’ensemble du personnel enseignant des cégeps.  En effet, l’arbitre a reconnu que le travail non rémunéré exigé des enseignantes et des enseignants par le collège, en compensation des activités perdues lors de l’exercice de journées de grève, a pour conséquence « d’annuler tout effet de ladite grève et même de la vider de son sens. » Il ajoute de plus que demander sans compensation financière de tels services aux enseignantes et aux enseignants constituerait « une application privilégiée pour les collèges puisqu’en tout autre secteur, si le travail est repris, il est rémunéré. »  En conséquence, l’arbitre « ordonne au Collège de payer le salaire aux enseignantes et aux enseignants pour ladite reprise de travail. »

Pour un meilleur financement des cégeps dans les régions

Grève Baie ComeauL’enseignement collégial souffre d’un sous-financement chronique. Plusieurs cégeps doivent supporter un grand nombre de cours avec peu d’effectifs étudiants pour lesquels le financement actuel est inadéquat. Cette situation est encore plus criante pour un nombre important de cégeps situés en région, la baisse démographique accentuant le sous-financement. C’est pourquoi la CSN, appuyée par les travaux effectués par la FNEEQ sur cette question, a demandé au gouvernement de prévoir des sommes additionnelles pour soutenir les cégeps en difficulté dans les régions, lors des consultations pré-budgétaires que le gouvernement du Québec effectue présentement.